Nos Offres de services

Les services que nous vous proposons

Vente de couveuses

Nous fabriquons et vendez des couveuses sur mesure pour votre satisfaction.

Aviculture

L'aviculture par la vente d'aliments et de matériel avicole avec comme service connexes l'installation, le suivi et l'encadrement de votre…

Reproduction de nouvelles races

FERMELO est aussi spécialisé dans l’importation et la reproduction de nouvelles races au Sénégal pour améliorer la race locale de…

PRODUITS DE LA SEMAINE

Sélection de produit de la semaine

Comme tous les lapins, le lapin bélier descend du lapin de garenne (lapin sauvage). Intelligent, docile et sociable, le lapin bélier demande beaucoup d’attention.

Lapin bélier : origine et caractéristiques

C’est grâce aux différentes connaissances acquises en reproduction et en génétique que le lapin bélier a pu voir le jour. Sa principale caractéristique est ses grandes oreilles tombantes. Il descend toutefois du lapin sauvage qui lui possède des oreilles droites.

Le lapin bélier peut peser jusqu’à 9 kg avec des immenses oreilles en forme de fer à cheval qui elles-mêmes mesurent parfois jusqu’à 76 cm.

Les oreilles du bélier

Tous les lapins qui ont des oreilles pendant vers le bas et ne pouvant bougé de manière autonome sont considérés comme des lapins béliers.

Leurs oreilles se mesurent de la pointe d’une oreille à la pointe de l’autre oreille ou, si vous préférez, de l’extrémité d’une oreille à l’extrémité de l’autre, contrairement aux oreilles des autres lapins qui se mesurent de la pointe à la base de l’oreille.

Lapins béliers : un peu d’histoire

Jadis, les lapins étaient élevés par les moines pour la production de leur viande. Placés dans des espaces très restreints, les lapins pouvaient difficilement se mouvoir et engraissèrent. L’environnement très exigu, et la chaleur du confinement, firent que les muscles de la tête s’affaissèrent et les oreilles tombèrent.

Certains éleveurs britanniques souhaitèrent exploiter cette caractéristique très spécifique de ces lapins élevés en captivité. Pour y parvenir, ils firent différentes sélections qui avaient pour objectif d’augmenter la taille des oreilles.

Puis, ils utilisèrent les lapins pour participer à des concours, organisèrent des paris par rapport à la longueur de leurs oreilles, ce qui leur permit de gagner des prix. Et au début du 19e siècle, apparu le bélier d’exposition !

À noter : toutes les races de béliers ont pour descendance le bélier anglais.

Les différentes sortes de lapin bélier

Le bélier est considéré comme un excellent animal de compagnie, très placide et robuste. Il reste par contre plutôt réservé pour les concours ou les expositions où il excelle pourtant.

On rencontre différentes sortes de couleurs et de tailles de béliers comme le bélier cachemire, le bélier anglais, le bélier français, le bélier nain, le petit bélier mais aussi le bélier Meissner.

Le bélier cachemire

Il a les mêmes caractéristiques physiques que le bélier nain. La seule différence est sa longue fourrure.

Le bélier anglais

C’est un gros lapin bélier doté d’immenses oreilles. Très sociable et affectueux, son caractère ressemble un peu à celui du chien. Le bélier anglais peut dormir sur votre canapé ou sur votre lit. En revanche, il déteste être pris dans les bras.

Le bélier français

Le bélier français a été sélectionné à partir du bélier anglais et des races françaises. Ses grandes oreilles ne doivent pas toucher le sol.

Le petit bélier

Le petit bélier est d’origine allemande. Il est beaucoup moins gros que le bélier français. C’est un lapin de taille intermédiaire entre le nain bélier et le bélier français.

Le bélier nain

Le bélier nain ou bélier hollandais a été reconnu en 1980. Il a été conçu aux Pays-Bas à partir de croisements entre des béliers français et anglais et des lapins nains.

Le bélier Meissner

La particularité du bélier Meissner est l’argenture qui accentue sa fourrure noire et épaisse. Très rare en Europe occidentale, ce lapin bélier possède un corps allongé. Il est de taille similaire au bélier anglais.

Résistant et très robuste, il est plutôt adapté au climat frais de l’Europe continentale.

Quel lapin bélier choisir ? 

Tous les lapins béliers font d’excellents animaux de compagnie, mais ils sont plus prédisposés à faire des concours ou des expositions.

Les races naines sont plus fragiles que les races moyennes ou grandes races. Ainsi, si vous avez des enfants, les lapins de petite taille sont déconseillés car ils sont beaucoup plus frêles. Un jeune enfant contrôle moins bien ses gestes qu’un adulte.

Élevage et entretien d’un lapin bélier

Le lapin bélier demande beaucoup plus d’attention que les autres races, surtout pour ses oreilles et sa fourrure. Par exemple, le bélier cachemire exige énormément d’entretien et de toilettage quotidien dès son adolescence, à cause de ses longs poils. Comptez environ une séance de 10 minutes par jour, pour remettre sa belle fourrure en ordre. Il faut donc avoir du temps à lui consacrer.

En ce qui concerne la cage, elle doit être adaptée à sa taille. Quant à la litière, il faut éviter celle à base de copeaux de bois, car les poils finissent par s’entremêler. Les spécimens d’exposition sont souvent gardés sur un sol en grillage doté d’une planche en bois pour ne pas abîmer le dessous des pattes.

Petit par la taille, l’œuf de caille est un géant en termes d’équilibre.

Découvrons ensemble ses caractéristiques, ses vertus pour l’organisme et les différentes façons de le consommer.

Œuf de caille : caractéristiques

La consommation de l’œuf de caille ne date pas d’hier. Il y a 2 000 ans, les Égyptiens élevaient des cailles pour le plaisir de déguster une chair fine et goûteuse mais plus encore parce que l’œuf de caille était capable de soulager l’asthme.

Bien plus tard, la caille du Japon a été reconnue comme étant la variété donnant les meilleurs œufs. Aujourd’hui, suite à des croisements effectués entre la caille du Japon et la caille européenne, les œufs de caille que l’on peut déguster sont encore dotés d’incontestables vertus, héritage génétique oblige.

La principale caractéristique de l’œuf de caille est qu’il est l’œuf le plus diététique de la planète, tout du moins en l’état actuel des connaissances. Il est réputé pour être le symbole de l’équilibre parfait entre tous ses composants.

Sur le plan nutritionnel, l’œuf de caille est :

  • riche en phosphore, fer, vitamines B1, B2.
  • totalement dépourvu de cholestérol ;
  • riche en ovomucoïde, une enzyme présente dans l’albumen (blanc d’œuf) de tous les oiseaux, mais en très grande proportion dans l’œuf de caille, et ovo-inhibiteurs qui agissent notamment contre le psoriasis ou encore l’emphysème pulmonaire et autres allergies.

Bienfaits de l’œuf de caille

Étant donné sa constitution, l’œuf de caille est bourré de vertus. Ses principaux bienfaits sur l’organisme sont les suivants :

  • nourrissant ;
  • diététique ;
  • participe au bon fonctionnement du cerveau ;
  • aide à conserver des dents et des os en bonne santé ;
  • protège le système digestif, le système nerveux et le système cardiovasculaire.
  • favorise la croissance des tissus et booste leur réparation ;
  • relance la vigueur physique ;
  • aide à reprendre du poids après un important amaigrissement dû à une maladie ;
  • réduit les manifestations allergiques.

Œuf de caille : consommation

Chacun d’entre nous a tout intérêt à manger régulièrement des œufs de caille, étant donné l’importance de leurs vertus thérapeutiques et diététiques.

Cure d’œufs de caille crus

En cas d’allergie, à condition d’être en contact avec l’allergène en question et que la crise est dans sa phase la plus aiguë, il est conseillé de suivre une cure d’œufs de caille d’une durée de 18 jours. Cette cure consiste à gober, chaque matin à jeun, tout d’abord un œuf de caille, ensuite deux, puis trois pendant les jours suivants, et de terminer par six œufs de caille chacun des trois derniers jours de la cure.

Alimentation

Bien entendu, vous pouvez consommer régulièrement des œufs de caille comme vous le feriez avec des œufs de poule. Ils peuvent être par exemple dégustés crus (gobés), en omelettedurssur le plat ou permettre d’élaborer certaines recettes. Il suffit simplement de réduire le temps de cuisson étant donné leur petite taille.

À titre indicatif, 4 mn suffisent pour cuire dur un œuf de caille et 90 secondes pour le servir à la coque. Pour des œufs de caille cocotte, le temps de cuisson est de 6 mn maximum dans un bain-marie au four, thermostat 6.

Comme son nom l’indique, ce lapin très dodu est un géant, ce qui lui permet d’être classé parmi les grandes races. De nature plutôt placide, le géant des Flandres fera la joie des éleveurs professionnels, mais aussi des particuliers.

Lapin géant des Flandres : ses origines en quelques mots

Le géant des Flandres, magnifique lapin fermier, a été élevé en Flandres belges à la fin du 17e siècle. Avec ce « ch’ti lapin » à la bonne chair, on faisait bouillir la marmite pour nourrir les familles paysannes plus ou moins nombreuses.

Cet énorme lapin peut atteindre 7 kg, voire plus parfois. Malgré tout, sa croissance est lente. Il est également beaucoup moins vigoureux en termes de reproduction, plutôt tardive, que le fauve de Bourgogne par exemple.

Il est aussi un excellent animal de compagnie, avec une espérance de vie de 10 ans en moyenne.

Lapin géant des Flandres : caractéristiques

Voici en détails les principales caractéristiques du géant des Flandres.

Lapin géant des Flandres : son poids

Le géant des Flandres pèse entre 5,5 et 7 kg, sans limite supérieure.

Lapin géant des Flandres : son corps

  • Vu de dessus, son corps massif de 80 cm de long environ a la forme d’un rectangle. L’ossature et la musculature sont puissantes.
  • Sa poitrine et ses épaules sont larges et développées.
  • Sa croupe est arrondie.
  • Ses pattes sont fortes et bien positionnées.

Lapin géant des Flandres : sa tête

  • Sa tête est plus allongée pour la femelle et plutôt ronde et costaude chez le mâle.
  • Ses oreilles sont très grandes, épaisses, robustes et velues. Il les porte droites. Leur longueur se situe entre 19 et 20 cm. Elles sont en forme de V mais leurs extrémités sont arrondies en forme de cuillères.
  • Ses yeux sont grands ouverts.

Bon à savoir : ses grandes oreilles sont sujettes à la gale si elles ne sont pas entretenues correctement.

Lapin géant des Flandres : sa fourrure

  • Sa fourrure est lisse et dense avec une bonne adhésion à la peau.
  • La couleur la plus répandue est le gris garenne. Toutefois, on peut rencontrer d’autres coloris, tels que noir, bleu, fauve, albinos, et aussi d’autres nuances de gris.

Élevage du lapin géant des Flandres

Le géant des Flandres convient à l’élevage professionnel, à la mini-ferme mais aussi au particulier, comme animal de compagnie. Il est à la fois habitué au grand clapier mesurant au minimum 1 m de chaque côté et apprécie également la vie de famille. Si vous le laissez s’aventurer en toute liberté dans la maison, n’oubliez pas de mettre hors de sa portée les fils électriques, de console ou de TV ainsi que les livres. Ce gros pépère est de nature coquine et destructrice quand il s’ennuie. C’est pourquoi il a besoin d’espace et apprécie un bel enclos extérieur où il peut gambader.

Le caractère du géant des Flandres

Intelligent et un brin têtu, ce géant au grand cœur est sensible, très affectueux, docile et un tantinet curieux. Il n’apprécie pas la solitude. Pour se faire remarquer, il joue en faisant des bonds, en courant dans tous les sens et en ruant des pattes arrière. Il fait le pitre et recherche le contact avec les membres de sa famille. Il n’est toutefois pas conseillé aux enfants turbulents, car il a tout de même besoin de calme. Il adore s’allonger comme un crapaud ou se coucher de tout son long sur le côté comme le ferait un chien ou un chat.

Attention : il est déconseillé de porter cet énorme lapin qui n’aime pas être tenu dans les bras. Stressé, il pourrait se débattre au risque de tomber et de se blesser. Si vous n’avez pas le choix, attrapez-le en soutenant bien ses pattes avant. Puis, mettez une main sous ses fesses. Son dos doit être contre vous, un peu comme on tiendrait un bébé.

Alimentation du géant des Flandres

Sa forte corpulence rend le géant des Flandres très glouton ! Il a donc besoin d’une alimentation abondante, riche et variée comme de la luzerne, l’orge, l’avoine et le foin, mais aussi des portions de fruits, de légumes et un peu de granulés.

Notons que jadis, les femelles pesaient généralement plus de 10 kg. Aujourd’hui, leur poids est réduit de 2 à 4 kg. Il est important d’être vigilant sur la quantité de la nourriture qu’on adaptera selon le contexte : en grande quantité pour la croissance des petits, puis un régime beaucoup plus équilibré quand le lapin aura atteint l’âge adulte.

Reproduction du géant des Flandres

La maturité sexuelle du géant des Flandres se situe entre 10 et 12 mois. La portée peut aller jusqu’à 10 petits… autant de petits gloutons à nourrir en perspective ! Soulignons qu’il n’est pas exclu de retrouver des sujets noirs dans certaines portées ; ceux-ci ne peuvent pas devenir des lapins d’exposition à cause de leur robe qui devrait être de couleur gris fer foncé et sont alors vendus comme lapins de compagnie.

La Poule-Soie, anciennement Nègre-soie, est une race de poule domestique.

Le nom de Poule soie a été voté en 2009 par la commission des Standards (commission technique des juges volailles). Il existe cependant d’autres races avec un plumage « soyeux », comme la Chabo « soie ». Le Nom de Soyeuse ou poule soyeuse aurait été possible, car elle est appelée ainsi dans certains pays comme le Royaume-Uni ou les États-Unis où elle est appelée « Silkie », c’est-à-dire soyeuse.

Son nom fait référence à son plumage très duveteux, ressemblant à de la soie. Son ancienne appellation « nègre » fait référence à sa peau et sa chair noire, mais également son ossature.

Existant en plusieurs couleurs, la Poule-soie a cinq doigts à chaque patte. La race est très présente lors d’expositions de volailles et est relativement commune. La femelle Poule-soie est également connue pour son tempérament calme et amical. Très docile, elle est parfois considérée comme un animal de compagnie. La Poule soie est une très bonne couveuse et bonne mère et elle est communément utilisée comme couveuses d’œufs d’autres races ou espèces de volailles. Elle ne pond généralement que 80 à 110 œufs par an.

Origine

La Poule-soie est l’une des races de poules les plus anciennes. Bien que l’endroit exact du développement de la race soit discutable, l’endroit le plus documenté reste la Chine, puis plus tard le Japon. D’autres hypothèses placent l’origine de la race en Indonésie, où il existe des races à peau noire tel la Sumatra et la Cemani.

Au xiiie siècle, Marco Polo dans ses écrits sur la Chine, parle déjà d’une « poule à peau noire et aux plumes ressemblant à de la soie ». En 1599, Ulisse Aldrovandi, écrivain et naturaliste de l’université de Bologne en Italie, publie un traité sur les poules où il parle de poules au plumage « similaire à de la laine » et d’autres « vêtues de cheveux comme ceux d’un chat noir ».

La Poule-soie est probablement arrivée en Europe par l’intermédiaire de la route de la soie et par le commerce maritime. La race est officiellement reconnue en Amérique du Nord en entrant dans le Standard of Perfection en 1874, dès la première année de publication1. Dès que la nègre-soie devint commune, de nombreuses légendes furent colportées à leur propos : les éleveurs malhonnêtes déclaraient à leurs acheteurs qu’elles étaient le résultat d’un croisement avec le lapin2, tandis que les cirques promouvaient leur « poule à fourrure ».

Description

Il existe deux types de poules Soyeuses, la grande (l’origine) et la naine, créée en Europe.

Le plumage de la Poule-soie est rare dans le monde des poules : abondant, soyeux et mou. La Chabo est également reconnue en variété « soyeuse ». Le gêne « soyeux » provient d’une mutation récessive, donc disparaît en première génération lors de croisement avec des sujets au plumage normal. Le plumage a été comparé à de la soie et à de la fourrure. Ces plumes ne sont pas équipées de barbules et de hampe rigides et sont similaires au duvet des autres oiseaux. Le résultat esct une apparence soyeuse et toute en volume, ressemblant presque à des poils. La Poule-soie, du fait de ce plumage, n’est pas adaptée pour résister aux temps exécrables1. Elle possède également une légère huppe.

Il existe une variété de Poule soie barbue qui possède un manchon de plumes supplémentaire recouvrant les oreillons et les barbillons. La variété la plus fréquente est la blanche, mais en compétition, de nombreuses couleurs sont reconnues : noir, fauve, bleu, gris argenté, perdrix-doré et blanc. Des teintes alternatives comme le roux, le lavande, blanc sale « splash » (« éclaboussé » en anglais) et le coucou existent, mais ne sont pas « encore » homologuées. Le mâle de Poule-soie possède une petite crête, une caroncule en forme de noix couleur mûre, et des oreillons bleu turquoise ; la femelle n’a pas de crète, mais une sorte de houppe. De plus, elle possède cinq doigts à chaque patte. Les dorking, Faverolles française, Faverolles allemande, sultane, Javanaise et la poule de Houdan possèdent cette caractéristique

C’est une race au mélanisme total : la peau est noire ; la viande et les os apparaissent noirs, mais ce sont les membranes qui les entourent (l’aponévrose et le périoste) qui sont réellement noirs : les chairs sont réellement blanches, comme la matière qui constitue les os. En chinois, son nom est ???6, ce qui signifie la poule aux os noirs.

Cette poule très sociable et calme est facilement manipulable et ne peut pas voler. Elle se comporte bien dans des situations de confinement et interagit bien avec les enfants. Son caractère doux peut cependant l’exposer à des blessures lorsqu’elle est en contact avec des races plus agressives.

Utilisations

Poule ornementale et couveuse

Au xxie siècle, la Poule soie est une des poules ornementales les plus populaires et communes. Elle est souvent gardée comme animal de compagnie ou d’ornementation par les zoos. Elle est aussi fréquemment utilisée comme couveuse et éleveuse d’autres volailles (y compris les canards et les oies) et les oiseaux de chasse comme les faisans, les perdrix et les cailles.

La Poule soie pond un nombre moyen d’œufs de couleur crème, mais sa production est souvent arrêtée en raison de sa grande tendance à couver. Elle pond environ 5 fois son poids par an d’où l’importance d’une bonne alimentation. Une poule produit 100 à 150 œufs, 150 à 200 pour une bonne année ou une bonne souche, jamais plus. Leur capacité à couver a été sélectionnée et la Poule soie est surtout recommandée et utilisée pour couver les œufs délicats. Elle peut vivre de 10 à 12 ans et pondre jusqu’à 8 ans.

Cuisine

La chair de la Poule-soie apparaissant noire est généralement considérée comme inhabituelle et peu ragoutante dans les cuisines européennes et américaines. Quelques restaurants de cuisine fusion de l’aire métropolitaine ouest des États-Unis utilisent la Poule-soie dans des plats traditionnels américains ou français, par exemple en confit.

Au contraire, de nombreuses cuisines traditionnelles asiatiques considèrent la Poule soie comme un mets raffiné. Très utilisée dans la cuisine chinoise, elle est aussi un ingrédient commun des tables japonaises, cambodgiennes et coréennes. Les pays fortement influencés par la culture chinoise peuvent aussi cuisiner la Poule soie comme en Malaisie. Dès le viie siècle, la médecine traditionnelle chinoise soutenait que la soupe de poulet à la viande de Poule-soie était une nourriture curative. Les méthodes habituelles de cuisine incluent les bouillons, les braisés et les currys.

Meleagris est un genre d’oiseaux gallinacés de la famille des Phasianidae et de la sous-famille des Meleagridinae. Le mâle est appelé dindon, la femelle dinde et le petit porte le nom de dindonneau. Ce sont des oiseaux de basse-cour élevés pour leur chair. La dinde glougloute.

Histoire

Endémique d’Amérique du Nord, le Dindon sauvage fut le seul volatile domestiqué et élevé à l’époque préhispanique, de l’Oasis amérique (au sud-ouest des actuels États-Unis) jusqu’au Centre du Mexique ; on chassait également le Dindon ocellé dans le sud de la Mésoamérique, dans les forêts tropicales mayas de la péninsule du Yucatán. Au Mexique, où la dinde était et reste toujours connue sous le nom de guajolote, du nahuatl huex?l?tl (avec une symbolique de virilité à cause de ses appendices charnus (caroncules), et de fécondité), elle tient encore une place importante dans la gastronomie mexicaine.

Les Européens la connaissent par les premiers colons espagnols qui l’appelaient « poule d’Inde » et les missionnaires jésuites qui la ramenèrent vers 1500 en Europe où elle se diffusa rapidement (contrairement à la néophobie envers les aliments végétaux du Nouveau Monde tels que le maïs, la tomate, le cacao ou la pomme de terre) car cet oiseau était assimilé aux volailles de basse-cour (poulet et pintade). Les termes coq d’Inde et poule d’Inde sont abrégés en dinde, l’emploi de ce mot étant attesté en 1600 dans le traité Théâtre d’Agriculture et mesnage des champs de l’agronome Olivier de Serres, qui parle de « l’importun piaulement des dindes », le nom étant à cette époque aussi bien masculin que féminin, usage qui perdure dans bon nombre de parlers populaires.

La dinde arrive d’Espagne en France probablement via la Navarre : un contrat nous apprend que Marguerite d’Angoulême en faisait élever en 1534 dans son château d’Alençon par un fermier navarrais . Les premières dindes mangées en France sont attestées en 1549 lors d’un banquet donné à Paris en l’honneur de Catherine de Médicis et en 1570 aux noces du roi Charles IX.

Liste des espèces

  • Meleagris gallopavoLinnaeus, 1758 – Dindon sauvage
  • Meleagris ocellataCuvier, 1820 – Dindon ocellé

Le nom scientifique de genre se réfère au coq (genre Gallus) en raison de sa ressemblance à ce gallinacé et au paon (genre Pavo) car les mâles de ces deux espèces se pavanent et font la roue.

Les dindes domestiques proviennent quasi exclusivement du Dindon sauvage, le Dindon ocellé étant très rare en élevage.

image du jour

08/09/2019

Couveuses œufs d’autruche

Fermelo fabrique et commercialise des couveuses d’œufs d'autruche. [slideshowck id=322]

Plat de caille
Plat de caille
Plat de caille
Plat de caille
Plat de caille