Oie de Guinée

C’est un oiseau de luxe, certes, mais comme il joint l’utile à l’agréable, on lui doit une mention spéciale. Originaire de la Gui­née africaine, cette oie magnifique n’est pas communément élevée en France, ce qui est un agrément de plus pour l’amateur, mais on la voit néanmoins figurer dans la plupart des expositions importantes. En voici la descrip­tion : port élancé et gracieux, allure élégante et vive. Tête fine ; bec plutôt petit, rougeâtre, surmonté à la base d’une caroncule presque noire ; œil brun rouge ; dos arrondi ; la poi­trine ronde ; le ventre petit ; les ailes fortes.

Le plumage somptueux se présente ainsi tête blanche en dessous, brune sur le dessus, cou blanc en dessous, brun sur le dessus ; dos teinté de brun au milieu et de chamois clair sur les côtés ; poitrine et ventre blancs. Les grandes rémiges des ailes sont presque noi­res, les petits beiges chamois. La queue est blanche en dessous. Les plumes foncées sont serties d’une teinte claire.

Le poids est de 6 kilos pour les mâles, de 5,5 kg pour les femelles. La ponte, très mé­diocre, est de 12 à 15 œufs. Incubation nor­male de 30 jours. L’élevage des oisons ne présente aucune difficulté particulière.

Quoi-qu’étant plutôt un palmipède d’orne­ment de par sa beauté propre et d’amateur de par sa rareté, l’oie de Guinée n’en fournit pas moins de superbes rôtis à la chair sa­voureuse et fine.

UNE GARDIENNE INCOMPARABLE

D’autre part, l’oie de Guinée est une gardi­enne supérieure à tous les chiens spéciali­sés dans ce domaine. On connaît depuis l’histoire des oies du Capitole, les qualités « d’avertis­seurs » de ces palmipèdes. Les oies de Guinée, sur ce chapitre, détiennent le record. Toujours en éveil, leur ouïe extraordinaire perçoit le moindre bruit anormal et, lorsqu’il se produit, leur klaxon, aussi perçant et puis­sant que les buccins des légions gallo?ro­maines, se fait entendre. Si quelque dépré­dateur nocturne est cause de ce réveil en fan­fare, il prend la fuite dès l’ouverture de cette cacophonie inaccoutumée. Car on a beau être familiarisé avec la trompette des oies ordi­naires, celle de l’oie de Guinée surprend tou­jours et affole à sa première audition.

L’oie de Guinée est, dans une grande pro­priété, le vigilant chien de garde.